Yogyakarta, une ville où nous avons passé un loooong moment à prendre notre temps, à manger, à travailler sur notre blog et à se la couler douce. Une ville pleine de surprises et de charme qui regorge de chouettes choses. Suivez-nous :

JAVA : notre itinéraire

java map

Yogyakarta, un village dans la ville

Si on peut dire qu’on connait bien Yogyakarta croyez-moi c’est peu de le dire (cette première phase est particulièrement splendide, vous ne trouvez pas ?)

Yogyakarta, nous y avons passé plus de 2 semaines, entrecoupées par un passage éclair tout à l’Est de Java pour grimper les volcans Kawah Ijen et Bromo.
Nous y avons passé de merveilleux moments à ne RIEN faire (ce qui fait franchement du bien), et avons trouvé une sorte de routine, rythmée par la mousson qui venait progressivement de s’installer en Indonésie (mois de novembre).

Yogyakarta

Où dormir à Yogyakarta ?

Attention, super plan !  Petit dej au lit tous les matins, grand lit avec une couette et sa salle d’eau privée. Climatisation et télé pour regarder National Geographic en dégustant ses pancakes chocolat-banane, ça vous branche ?
Et le tout pour 13 € par jour. Mais si, c’est possible (avec la carte Kiwi) : foncez à Agung Inn !

Vous y ferez en plus la connaissance de Sutardi, un jeune étudiant en cinéma adepte de couchsurfing qui travaille ici et qui est toujours prêt à pousser la chansonnette ou à vous proposer de l’accompagner faire un tour dans les ruelles de la ville (attention, il marche vite !).

To Do List à Yogya’

Les ruelles de la ville

Yogyakarta (ou Jogjakarta, comme vous voulez) a la particularité d’être une ville avec plein de petits quartiers aux minuscules ruelles et aux petites maisons de plain pieds qui donnent l’impression lorsque vous tombez dessus d’être soudainement arrivés dans un village, loin de l’agitation et du bruit des moteurs.

Le quartier de Kraton par exemple, ou d’ailleurs n’importe quel autre endroit une fois que vous avez pris une rue transversale et tourné dans des dédales de petites rues, est parfait pour faire une balade et admirer les bâtisses de guingois.
Il y a tout un tas de choses à observer, que ce soit les plantes et les fleurs les plus improbables qui poussent ça et là dans des jardinières de fortune et dont la forme et la couleur sont étonnantes ; ou bien les petites décorations accrochées aux murs ; les gens occupés à regarder dehors ou à vendre de la nourriture dans des chariots ambulants, etc.

Chacune de ces ruelles est pleine de surprises et d’inattendu, et chaque matin nous aimions nous balader dans les méandres de la ville, échanger trois mots en indonésien avec les habitants que nous ne manquions pas de croiser, et nous étonner devant la flore locale.

Vous verrez, on a vraiment le sentiment d’être tout droit tombé dans un petit village dès que l’on sort des grandes routes, et le calme est bien apprécié !

Il y a de plus, des ruelles aux murs décorés de fresques et de graffitis (on se croirait presque à Berlin. Presque, j’ai dit).

• Borobudur & Prambanan

Pas vraiment dans Yogyakarta même, il vous faudra louer un scooter ou trouver un quelconque transport pour vous rendre au temple de Borobudur et de Prambanan (qui ne sont pas situés au même endroit, ce serait trop simple).

PrambananPrambanan

Vous pouvez acheter un billet couplé Borobudur Prambanan, les deux temples phares de l’endroit, et qui vous coûtera le prix de votre rein vendu au marché noir.
D’ailleurs, rien que l’entrée simple pour un seul de ces deux temples vous arrachera une larme tellement le prix est déraisonné.

J’entends déjà l’Amicale des Défenseurs de Temples hurler très fort en agitant les bras de mécontentement, mais vraiment, nous avons trouvé ça hors de prix et… pas terrible.
Alors oui, c’est magnifique, c’est un temple, y a des gravures sur la roche, ça a des centaines d’années, ça en impose je ne dis pas le contraire, mais après avoir vu les temples d’Angkor pour le même prix (et pour un pass de 3 jours !) ces deux-là faisaient pâles figures à côté.

Borobudur

L’intérêt principal de notre visite de Borobudur (photos ci-dessus) a surtout résidé dans le fait que tous les Indonésiens présents ont voulu absolument faire un selfie avec nous. D’ailleurs quand je dis « un » selfie, ce serait plutôt « cinquante » selfies si je voulais coller au plus près de la réalité.
Nous avons donc plutôt passé notre temps à discuter avec eux en indo-glais approximatif et à distribuer des sourires et des « cheeeeeese ! », ce qui a relevé pour moi d’un plus grand bonheur que de tourner en rond autour des stupas.

Prambanan

Déso à ceux qui ont construit ce temple, j’imagine qu’ils doivent être très tristes de m’entendre dire ça, mais vraiment j’ai trouvé les deux visites d’un intérêt moyen (même si Borobudur était, selon moi, plus joli que son copain).

Bref, si comme nous vous avez fait les temples d’Angkor, ne dépensez pas 40 € pour voir ça.

• Le Palais du Sultan

Deuxième attraction à faire mise à part les temples, le Palais du Sultan est aussi une vaste blague mais qui a la chance d’être une blague peu chère (l’entrée était dans les 1 ou 2 €).

En soit le Palais est, bon, joli, et encore franchement, sans plus, vu qu’on n’a pas accès à grand chose, étant toujours « en activité » (non ce n’est pas un volcan, il est juste habité par le Sultan actuel, l’oncle de mon ami Arnaud. Oui, je connais un Prince, si si).


Mais surtout il est totalement inabordable pour qui ne parle pas indonésien : toutes les informations et les légendes que vous pourrez voir sont écrites dans leur langue. Du coup on n’y comprend rien.

Il y a tout un tas de salle où sont mis en vitrines des affaires personnelles, des photos, des objets etc., appartenant au Sultan et à sa cour et à je ne sais qui (vu qu’on n’a rien compris), et il vous faut regarder ça en ayant aucune idée de ce que ça peut bien être et de pourquoi c’est là (un peu comme quand vous allez voir une expo d’art contemporain. lol).

Bon, en soit c’est une visite intéressante parce que ça en devient drôle tellement vous avez l’impression d’être téléporté à une autre époque.

Master d’Indonésien exigé !

Yogyakarta

Néanmoins, selon le jour de la semaine vous pourrez assister à l’intérieur à différentes manifestations, comme ici où nous avons eu le droit au spectacle de marionnettes javanaises avec son orchestre à l’arrière.

Le marionnettiste (qu’on appelle un dhalang) n’avait par contre strictement aucune envie d’être là. Il agitait ses marionnettes derrière son petit théâtre avec une nonchalance et un ennui qu’il n’a pas daigné masquer.
En plus de ça, sa tête dépassait de la scène, alors pour l’effet de surprise en mode « Oh ! Ses poupées bougent toutes seules ! C’est incroyable ! », hé bien c’était complètement foiré.

J’ai d’ailleurs particulièrement détesté ce spectacle, ayant en horreur le faciès de ces poupées décharnées aux bras et au nez démesurés.
Mes parents en avaient une dans le salon, et étant petite déjà je ne l’aimais pas du tout. Elle me faisait même carrément flipper.

L’orchestre derrière, ce sont en gros des gens qui tapent sur différents trucs de façon totalement anarchique selon mon oreille. Déso pour le gamelan, mais vraiment c’est difficile de trouver une cohérence ou une beauté artistique derrière ce curieux objet produisant une « harmonie » de son qu’on peut s’imaginer devoir supporter aux portes de l’Enfer.

Vous allez au cours de votre visite voir aussi tout un tas de gardes et de gens occupés à ne rien faire si ce n’est être assis en silence. Et vous avez interdiction de leur adresser la parole.
Si quelqu’un peut m’expliquer quel est le but précis de leur présence, n’hésitez pas !

• Le Water Castle

Palme d’or de l’inutile et du désintérêt total pour ce palais qui est la résidence secondaire du Sultan pour venir se relaxer et prier.

Yogyakarta

Ce palais est le truc le plus chiant que nous ayons fait depuis le début de notre voyage, et surtout le plus à l’abandon : les piscines sont vertes d’algues et les murs couverts de moisissures. Même les plantes vertes gémissent.

On le voit notamment sur la photo ci-dessus, où vous pouvez constater l’état de délabrement du lieu.
J’espère que le Sultan n’y met plus les pieds, sinon il risque probablement d’attraper la tuberculose.

Bref, n’y allez pas, c’est nul et c’est laid. Même si tous les indonésiens que vous croiserez vous diront que c’est absolument splendide et que vous ne pouvez pas louper ça (c’est faux. Fuyez, pauvres fous).

YogyakartaVoyez, le garde à gauche essuie une larme de tristesse tellement qu’il en a marre d’être dans un endroit aussi miteux.

• Le square et les voitures lumineuses

Tous les soirs, à la place carrée qu’ils appellent « le square », des petites voitures lumineuses vous attendront pour que vous alliez faire un tour en pédalant tout autour de la place.

Mignon et kitsch à souhait, vous louez votre pédalo pour un ou plusieurs tours, et vous avez la chance de déambuler dans une réplique Hello Kitty d’un combi Volkswagen ou d’une Coccinelle.

Vous y croiserez d’ailleurs beaucoup d’Indonésiens qui s’amusent follement à tourner en rond en lumière et en musique, et l’ambiance a un côté fête foraine bon enfant et sympathique.

En plus de ça, il y a plein de stands de street-food tout autour et vous ne manquerez pas de vous y régaler.

• La fabrique de marionnettes

Pas loin du Palais du Sultan, vous pourrez visiter une boutique de fabrication des fameuses marionnettes, les Wayang (« ombre » en javanais), dont je vous parlais plus haut.

De la confection à la symbolique, on ne manquera pas de vous expliquer le process et vous pourrez en acheter bien évidemment à la fin de la visite.

Yogyakarta

Il y a deux types de marionnettes : celles qu’on fait bouger en ombre chinoise et qui sont plates comme celles de la photo (wayang kulit), et les autres marionnettes en bois et en volume comme celles que nous avions vues au Palais du Sultan (wayang golek).

En ce qui concerne les marionnettes plates, elles sont faites à partir du cuir de buffle que l’on taille et que l’on perce avec un minuscule burin et une pointe.
Chacune de ces entailles a une signification bien précise : l’eau, le feu et les autres éléments ; les énergies, les sortes de « chakra », etc. Tout est très codifié et rien n’est entaillé au hasard !

C’est un travail long et extrêmement méticuleux qu’il est fascinant de regarder (surtout quand ce sont les autres qui travaillent, haha).

Yogyakarta

Les bras articulés sont ensuite ajoutés pour pouvoir bouger dans tous les sens, puis le corps est peint à la main et soutenu par des baguettes en bois ou en cornes.
Elles sont ensuite bougées par le marionnettiste devant un projecteur de lumière qui renvoie leurs ombres sur une surface blanche comme toile de fond.
Ou bien les spectateurs sont situés de l’autre côté de la toile blanche afin d’admirer les magnifiques couleurs des marionnettes.

Chacune des histoires qui est racontée lors de ces spectacles a un sens moral, philosophique ou bien pédagogique, et évoquent les mythes ou les religions de l’île de Java (ou d’Indonésie).
Elles accompagnent généralement un événement marquant de la vie des habitants, comme un mariage, une naissance ou un enterrement.

• Les peintures Batik

Inratables à Yogya, les peintures Batik sont une véritable institution : vous vous ferez harceler (gentiment) en permanence par tout un tas de personnes qui vous inviteront de façon parfois indirecte à vous rendre dans une boutique de peintures, soit « réalisées par les étudiants de l’université d’Art », soit « par leurs professeurs ».

Vous serez en général invités à aller « voir la galerie qui n’est ouverte qu’aujourd’hui et que jusqu’à 15h, dépêchez-vous ! » environ tous les jours, donc au bout d’un moment vous prendrez le pli !

Yogyakarta

Les peintures Batik sont en fait des dessins réalisés à la main sur des toiles en tissus puis mises en couleur selon le principe de la sérigraphie (une couleur après une couleur). Pour ce faire, ils utilisent de la cire chauffée qui leur permet de masquer les endroits à ne pas colorer. Cire qu’ils enlèvent ensuite afin de passer à la couleur suivante.

Yogyakarta

Les motifs sont variés et certains sont vraiment très jolis, et la toile a l’avantage de pouvoir être roulée ou pliée et ensuite repassée avant d’être mise sous cadre (facile, donc, à ramener chez soi !).

Nous avons acheté les nôtres à Seno Batik, une grande boutique où vous pourrez en plus apprendre la méthode de fabrication et voir les artisans réaliser leurs toiles devant vous.

Yogyakarta

Où manger et où boire un verre ?

La rue la plus sympa est sans hésiter la rue Prawirotaman. Vous y trouverez un très grand nombre de resto, bars et quelques magasins, ainsi que de grands murs décorés.

• Move On

Notre fief, sans hésiter !

Ouvert récemment (en août 2016), l’endroit a un charme incontestable grâce à la décoration et au mobilier choisi et assemblé avec goût. Il y a même un étage en mezzanine avec de grandes banquettes.
Côté nourriture, vous trouverez essentiellement des plats western (pâtes, pizza, grand sandwiches servis avec des frites, salades etc). Le tout dans les 35, 40 000 roupies.

Leurs cafés sont aussi délicieux, puisqu’on les trouve dans notre Top des Best Coffee Shop en Asie (voir notre article).
Mention spéciale aussi au thé à la rose, avec une vraie fleur à l’intérieur de la tasse.

Yogyakarta

Nous y allions tous les jours pour y déjeuner et passer ensuite le reste de l’après-midi à travailler grâce au très bon wifi.

C’est aussi ici que nous avons fait la connaissance de notre ami Ismoy, jeune étudiant javanais et travaillant depuis l’ouverture en tant que serveur, en parallèle de ses études.
Il s’est d’ailleurs lancé (un petit peu grâce à nous ?) dans sa propre distribution de café javanais intitulés Javaffeine, et compte dès que possible ouvrir son coffee shop.
Vous trouverez son compte instagram ici :
 Javaffeine.

• Viavia

Le resto-café-bakery le plus bobo et arty de la rue, mais aussi plus cher que le Move On.
Grosse carte avec des tas de trucs succulents, avec en plus des plats différents chaque jour de la semaine. Par contre les portions ne sont pas énormes. Ce qui laisse grâce à ça de la place pour le dessert vu qu’ils font pâtisserie et boulangerie, et que leurs gâteaux sont bien bons !

Tous les vendredis soir de 20h à 22h il y a un live band de jazz que vous apprécierez avec un petit verre de vin blanc sec « maison » (pas excellent, mais heh, ça fait l’affaire !).


• La boutique de chocolats Monggo

Excellents chocolats fabriqués à par un Belge installé à Yogya avec son épouse indonésienne et ses enfants, les chocolats Monggo n’ont rien à envier à nos Côte d’Or ou nos Lindt !
Petite préférence pour le Noir à 70 % dont on ne fait qu’une bouchée.

Vous pouvez d’ailleurs lire l’interview de son créateur, Thierry Detournay, sur ce lien.

Yogyakarta

Notre avis

Bon, vu comme ça, on pourrait croire qu’on a détesté la ville, mais non (haha) !

On a adoré les petites ruelles, le côté « village » dès que l’on s’échappe des grandes rues pour prendre les chemins parallèles, le quartier de Malioboro, la rue Prawirotaman et sa parallèle, avec son petit marché, la fabrique de marionnettes et les alentours du palais du Sultan, l’atelier de chocolat javanais (on vous conseille d’en acheter une tablette !)

C’est juste… le reste, qu’on a moins aimé. Les bâtiments sont dans leur jus, sans rénovation, peu accessibles au tourisme, et quant aux temples de Prambanan et Borobudur, ils ont eu moins d’impact seulement parce que nous avions en tête les magiques temples d’Angkor.

Please follow and like us:

8 Comments

  1. Ahaha j’avoue on dirait que vous n’avez pas aimé, mais je sais que ce n’est pas possible, cette ville est trop chouette ! Est-ce que vous avez vu l’oeuvre d’art d’oeufs dans le Kraton ? Quelqu’un avait décoré des plantes piquantes tropicales avec des dizaines de coquilles d’oeufs !
    Je suis tellement d’accord avec vous pour le palais du sultan ! On avait pris un guide car ce n’était pas cher et ça aurait pu être utile mais on était tombé sur une vieille mamie guide de 80 ans qui (je ne sais même plus quelle langue elle nous parlait, français anglais ?) baragouinait ses explications et était totalement incompréhensible ^^
    Pour Prambanan et Borobudur (bon oui je réagis à tout), on a kiffé ! Il faut dire que je n’ai pas encore vu Angkor, mais bon on avait le prix étudiant à Prambanan alors on a craqué notre slip pour le lever de soleil à Borobudur. Et à Prambanan on a eu le plaisir d’avoir un tour guidé gratuit par des étudiantes plutôt intéressants ! Et c’était vraiment gratuit quoi ^^
    Ah oui, c’est vrai que le water palace est un peu désolant mais je lui ai trouvé un certain charme déso !

    Super article en tout cas et coup de coeur pour vos photos des voitures néons 🙂

    • Non mais oui en fait on a trop aimé, c’est bien pour ça qu’on est restés aussi longtemps, haha. J’avoue que j’ai été un peu cynique dans l’article, mais en vrai j’étais franchement déçue par les « attractions » touristiques, parce voilà, sans guide et sans parler l’indo c’est pas du tout accessible (même si avec un guide et tout le bordel le water castle reste toujours tout moisi).
      Ouiiiiii l’arbre à coquilles haha ! On a vu aussi l’arbre à capsules de bières aussi, les gens sont inspirés 😀 (ils boivent de la bière aux oeufs peut-être ? haha)
      Hahaha pour la mamie ! Au moins elle a eu le mérite d’essayer haha
      Je suis contente pour vous pour les temples que vous ayez pu avoir un tour gratos et cool, franchement ça devait être vraiment top !! Vous avez du apprendre plein de trucs comme ça, notamment sur les magnifiques gravures sur la roche qui pour nous sont restées totalement mystérieuses (même si on se doutait que ça racontait la vie du Dieu machinchose).
      J’espère que vous avez pu voir ces fameuses voitures lumineuses à Yogya, d’ailleurs ?
      (et sinon, merci pour ton commentaire, ça fait toujours vachement plaisir d’avoir des réactions sur ces articles, au moins je me dis que des gens me lisent, haha)

  2. Je comprends clairement ton sentiment, la nature est plus accessible que les villes dans ce genre de pays !
    Oui c’était trop chouette cette explication à Prambanan, au final c’était rigolo aussi parceque justement l’histoire des bas reliefs c’était une histoire qu’on avait vu en danse à Bali, enfin bref cool quoi 🙂
    Sinon non pas vu les capsules je crois, et non aussi on en a pas vus de voitures lumineuses 🙁 pourtant on s’est baladés de nuit en scooter, j’sais pas trop où elles étaient ^^
    Enfin, oui les commentaires c’est la vie, dure la vie de blogueur 😛

    • Ah bah comme quoi tout se recoupe alors^^
      Dommage pour les voitures lumineuses, c’est mimi et kitsh à souhait ! Et elles sont sur la petite place carrée vers Kraton tout ça, là où y a aussi des manifestations musicales et des stands de street food !
      Bon, après c’est juste un truc à voir le temps d’une soirée, c’est pas forcément transcendant^^

  3. Marine

    Étant actuellement à yogyakarta je suis tombée sur ton article et MERCI !!! Merci pour ce fou rire en te lisant un pur régal ! J’en ai pleuré tellement j’ai ris ! (Mon copain m’a prit pour une folle, je lui ai donc fais la lecture à voix haute!) et merci …!

    • Hello Marine !!
      Hahaha, ravie de t’avoir faite rire :p C’est vrai que franchement, faut reconnaître que les attractions à Yogya c’est vraiment une bonne blague^^ Mais bon, j’en garde un super souvenir de cette ville (ok, on y est resté 3 semaines, ça doit être une bonne raison haha).
      Avez-vous testé le fameux café du Move On ?

  4. Arthur

    Coucou merci beaucoup pr larticle jy serais dans 1 semaine ! Quand tu parle de la place carré « le square », dans quel rue ou quartier se trouve il ?
    Idem pour le magasin Semo batik.?
    Super article jai vraiment hâte d y être !

    • Steven Nicol

      Hello Arthur ! Merci pour le commentaire 🙂
      La place carrée est en réalité la place Alun Alun Kidul et la boutique Seno c’est vraiment pas loin de là. Tu peux trouver leur adresse sur leur site : http://www.batikseno.com/p/about-us.html

      j’espère que tu vas t’éclater là bas. Si tu passes pas loin, va voir Ismoy au café Move On (à côté aussi) et dit lui bonjour de notre part 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *