Hanoï, le bruit et l’odeur

Hanoï

vietnam map

Hanoï a été notre première destination lors de notre arrivée de France, après un long trajet de 30h, trois escales et trois avions différents.
Fatigués par ce long voyage, nous sommes allés directement à notre guest house, le North Hostel 2, en sortant de l’aéroport, qui se situait dans le vieux quartier de la ville, pas loin du lac.

Dans la longue liste des hôtels miteux depuis le début de notre périple, celui-ci est sans conteste le plus bruyant que nous avons eu. Et pour cause : les travaux du bâtiment (enfin, bâtiment étant un nom terriblement optimiste ou incroyablement cynique pour désigner les tas de cailloux en question) collant notre guest ont commencé à… 3h30 du matin.
Avec un camion qui hurlait devant la fenêtre et des gens qui frappaient sur les fameux cailloux.

North Hostel 2

North Hostel 2

Avoue ça vend du rêve, hein ?
Bon, certes, pour 7€ fallait pas s’attendre à du Georges V

Ce qui ne nous a néanmoins pas empêché de nous rendormir jusqu’à 13h, heure à laquelle une petite fille timide et rondouillarde a frappé à la porte pour nous dire que le check out était franchement dépassé. Branle-bas de combat, on fait les sacs en vitesse, et hop, expédiés dans la rue, un bon jetlag dans le cerveau.

Well.

Hanoï

☻ Alors que dire d’Hanoï ? Hé bien comme l’ensemble du Vietnam c’est extrêmement bruyant.

C’est surtout ça, qui nous a marqué. Le bruit. Le bruit des klaxons. Le bruit des gens qui mangent dans la rue. Le bruit des conducteurs de tuk-tuk qui te demandent si tu as besoin d’eux. Le bruit des trucs en travaux avec toutes sortes d’ouvriers qui tapent, qui cassent, qui trouent, qui détruisent. Le bruit des gens qui crient. Le bruit de la circulation.

Du bruit, en permanence.

Mais vraiment, hein. C’est une espèce d’agression sonore constante, de jour comme de nuit.
Mais le pire ce sont quand même les klaxons. Il y a une telle densité de circulation de deux-roues que pour traverser ou même pour se déplacer vous devez être en vigilance constante. Avec des yeux derrière la tête comme les chouettes.

Un conseil pour traverser : ce sont les voitures qui doivent éviter les scooters, eux ils font ce qu’ils veulent ce sont les rois. Et vous, en tant que piéton, vous êtes carrément des empereurs, vous pouvez traverser n’importe comment, ce sont aux scooters de freiner, de piler, de vous éviter. En gros vous êtes un peu ce petit criquet dans Mulan qui traverse en fermant les yeux et en priant sa bonne étoile de s’en sortir indemne : (de 0:19 à 0:48 dans la vidéo suivante)

Hanoï, c’est aussi ce non respect presque provocant et arrogant de la notion d’espace public ; j’ai nommé

Le Trottoir

Ici chaque morceau infime de trottoir et de rue appartient à tout le monde et du coup à personne : les gens y garent leurs scooters, déballent leurs marchandises à vendre, installent des bébés chaises en plastique et des toutes petites tables de poupée pour en faire un petit resto de fortune, font salon, s’assoient en plein milieu, cassent des trucs, réparent des trucs avec des fers à souder, regardent la télé, etc etc.

Hanoï

de la métallurgie sur le trottoir, oui vous avez bien vu

Impossible donc, de marcher dessus à l’abri de la circulation, ohhhh non !
Vous devez adapter vos pas en évitant les trucs qui trainent par terre, les scooters qui vous doublent, ceux qui sont garés sur la chaussée, les gens qui vous croisent en sens inverse, les bouts de trottoir où, doux jésus, vous pouvez enfin poser un pieds dessus, les fils électriques dénudés qui dépassent des poteaux, et ainsi de suite.

Comme je vous l’ai dit : une vigilance cons-tan-te.

Hanoï

Hanoï, c’est une chaleur presque étouffante, sans air, avec une odeur forte, mélange de gaz d’échappement, de déchets et de fortes odeurs de cuisine. Beaucoup de personnes portent d’ailleurs un masque pour se couvrir le nez et la bouche.

Hanoï, c’est des petites ruelles étroites et mal éclairées, avec tout plein de choses qui se trament à l’intérieur, des fenêtres ouvertes sur des instants de vie vietnamienne, des chats qui courent se cacher derrière une planche, des gens qui rient, des femmes assises qui font cuire des petites brochettes… Il y a une activité constante, qui ne semblent jamais prendre fin, pour notre plus grand plaisir (si et seulement si vous n’avez pas trop envie de dormir, bien entendu).

Bref, la vie à l’asiatique, typique d’une capitale.

Hanoï

Hanoï

Bon, ce que vous attendez tous :

Où manger & où se poser à Hanoï ?

☻ Des spécialités, il y en a un paquet : en passant par le fameux Banh mi, cette baguette rescapée du colonialisme français et fourrée de crudités, de coriandre et de viande ; de la salade de papaye aux cacahuètes, des Bun Cha, ces vermicelles de riz accompagnés de porc grillé, des beaucoup plus connus Rouleaux de printemps ;

bref, il y a le choix !

Même si la nourriture vietnamienne est principalement constituée de riz (mais ça, vous le savez), il y a quand même pas mal de choix, ne serait-ce que dans les soupes, les Pho ou bien les différentes sortes de viande (canard, bœuf, poulet, porc, et même chien, hé oui).
Voilà le peu d’adresses que nous pouvons vous conseillez, car nous n’avons passé que 2 nuits à la capitale :

Banh Mi AHA : je ne pourrais pas vous donner l’adresse mais ils se situent dans le vieux quartier près du lac. Leurs banh mi sont déééélicieux, avec du pain toasté, des ingrédients frais, plusieurs choix de composition et vraiment pas chers (28 000 dongs, soit 1 €). Nous y sommes allés 2 fois.

♥ La street food : pas vraiment de noms en particulier à vous donner car je n’ai vraiment pas fait attention, mais n’hésitez pas à tester au hasard en gardant en tête que plus il y a de monde assis en train de manger (encore mieux si ce sont des vietnamiens), plus le risque est faible pour que vous tombiez malade ou que ce ne soit pas bon. Alors foncez 🙂

FlipSide Hostel : guest house de backpackers ambiance colonie de vacances par excellence, cet hôtel propose en plus de ses chambres (dortoirs & private rooms) un rooftop avec un bar très sympa : après avoir grimpé des tas de marches, vous arrivez au sommet avec une vue sur la ville, de la musique et une ambiance festive donnée par les groupes de jeunes qui dorment ici.

Le Gecko : un bar avec une bonne connexion wifi 🙂

Hanoï

Hanoï

cette photo est très moche mais c’est juste pour vous montrer à quoi ressemble une rue et son immense bordel.
Quoique là franchement c’est rien.

 

Où dormir à Hanoï ?

Bon, du coup évitez le North Hostel 2. Sinon pour notre deuxième nuit au retour de Sa Pa, nous avons dormi à la Lucky Guest House, qui était propre et avec un climatiseur pour 11 €.

Un conseil : prenez une chambre avec climatiseur et pas juste un ventilateur, honnêtement il fait vraiment trop chaud.

Hanoï

Please follow and like us:

One Comment

  1. Une excellent remarque de la capitale quant aux bruits et aux trottoirs envahis par les particuliers. Et avez-vous déjà pensé à pourquoi un tel état? Quelle est l\’origine de ce paysage urbain?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *