Angkor, ces majestueux monuments religieux Khmer… On vous y emmène. Let’s go !

Un des plus bel endroit du monde

DSCF2513

Les temples d’Angkor, tout le monde les connaît plus ou moins, en vidéo, en image, ou ne serait-ce que dans le film Tomb Raider, où on y aperçoit entre autre, le temple du Bayon et Ta Prohm.
Je vais donc essayer de ne pas vous abreuver de blabla sur l’historique de ces temples, mais juste un petit résumé ne fait pas de mal et ravive les mémoires 😉

Angkor

DSCF2508

 

culture-confiture

Les Temples d’Angkor pour les nuls

☻ Alors les temples d’Angkor c’est quoi ?

Déjà, c’est un ensemble de plusieurs temples en ruines de l’Empire Khmer dans un état de conservation très hétérogène, ainsi que de plusieurs aménagements hydraulique (vides actuellement) avec de grandes cuves de plusieurs kilomètres (des barays) où l’eau était contenue pendant la saison des pluies, puis ensuite distribuée dans la ville grâce à des canaux pendant la saison sèche. C’est cet immense réseaux hydraulique qui a fait la prospérité de l’Empire.

Angkor était la capitale de l’Empire Khmer qui a existé du 9e (le fondateur : Jayavarman II) au 15e siècle environ et a donc connu plusieurs dynasties avec pour chacune un roi. À son apogée, la capitale comptait plus de 750 000 habitants sur une surface d’environ 1000 m2.

Plusieurs troubles naissant entre le 11e et le 12e siècle mettent Angkor entre les mains des Chams, les grands ennemis des Khmer qui imposent alors le bouddhisme. Dès le retour à l’Hindouisme avec un successeur de Jayavarman, de nombreuses sculptures de Bouddha ont été détruites.

Le déclin d’Angkor est ensuite rapide, à cause des différentes guerres avec les Chams et les conflits religieux et la capitale est abandonnée vers 1431 après sa prise par les Thaïs, puis lentement ensevelie par la jungle. De nombreuses théories expliquent aussi son déclin : leur perte de contrôle de l’eau qui approvisionnait la ville et qui causa de grandes sécheresses, déplaçant alors le pouvoir d’Angkor vers Phnom Penh l’actuelle capitale.

Ces temples (qui étaient selon des théories des temples funéraires) étaient construits à chaque nouveau roi afin de pouvoir leur servir de lieu de crémation.

DSCF2493

☻ Les temples d’Angkor ça ressemble à quoi ?

Plusieurs types de temples hindouistes avec des constructions différentes sont visibles à Angkor. Les premiers construits, en briques, arborent une construction issue de l’architecture indienne et ont leur temple construit au dessus d’une pyramide, avec 109 tours tout autour.

Les suivants seront en pierre, toujours selon le même type d’architecture et sont construits sur des collines naturelles.

D’autres temples, créés sous la religion bouddhiste et non l’hindouisme voient une nouvelle architecture pour leur construction. C’est le cas par exemple du Bayon avec ses immenses têtes de Bouddha souriant ou Ta Prohm, le temple englouti par les arbres fromagers.

Le Bayon

Ta Prohm

☻ Pourquoi c’est tout cassé comme ça ?

Suite au déclin de la cité au 15ème siècle, les habitants ont quitté les lieux et se sont à priori dirigé vers Phnom Penh (l’actuelle capitale du Cambodge). Pendant des siècles, la jungle a pris possession des lieux, les habitations en bois se sont évaporées et l’endroit totalement isolé a été oublié.

C’est au 19ème siècle qu’Henri Mouhot un naturaliste et explorateur français redécouvre Angkor et les temples majestueux enfouis sous une jungle dense. Les expéditions se sont succédées jusqu’à la triste période des Khmers rouges, où le site a été énormément pillé.
De plus, les arbres et la jungle ayant enseveli les constructions au fil des années, la plupart des pierres ont fini par dégringoler et les sculptures se sont détériorées avec le temps et les intempéries. Aujourd’hui, le site est en rénovation constante pour faire renaître Angkor de ces événements qui ont eu raison de la finesse du travail effectué à l’époque.

On trouve sur le site d’Angkor Wat la plus grande sculpture du monde qui recouvre l’ensemble du mur d’enceinte intérieur sur pas moins d’un kilomètre. Celle-ci raconte l’histoire de la civilisation Khmer à l’âge d’or de la cité. Les sculptures sur les murs sont essentielles pour comprendre les différents événements ayant créé puis mené l’empire Khmer à son déclin.
Un travail de rénovation est nécessaire, mais titanesque puisque la dégradation du mur s’est accélérée depuis que la jungle ne protège plus le tout.

Si tu veux voir des pièces d’exception, n’hésite pas à aller au musée Guimet à Paris. C’est en effet là bas qu’on trouve des pièces conservées dans un parfait état puisque ramenées des premières expéditions françaises. 

Sra Srang

À Angkor, il fait très TRÈS chaud

(Photos des temples du grand circuit)

Nous avons commencé notre visite pas trop tôt, vers 10h30, en décidant de commencer par la grande boucle. Deux itinéraires possibles proposés par les tuktuk : le grand circuit ou le petit (dans lequel se trouve les temples majeurs).
Notre tuktuk, Chan, nous avait amené la veille à notre hôtel et nous avait laissé sa carte de visite avec son téléphone, ce qui nous a permis de l’appeler le matin même à notre hôtel pour le « réserver » pour la journée.

Notre chauffeur nous prenait 15 $ pour la journée, et 18 $ pour la journée avec le lever de soleil (débutant à 5h).

Chan

Nous voilà donc partis sous un soleil écrasant, embaumés de crème solaire, casquette sur la tête et lunettes sur le front, prêts à affronter les ruines.

Avant tout, il nous emmène d’abord prendre notre pass d’entrée avec notre photo dessus, indispensable si vous n’êtes pas Cambodgien, il y a des contrôles partout.
Trois choix possibles : une journée (20 $), 3 jours (40 $ chacun) ou une semaine (60 $). Nous avons pris celui de 3 jours.

IMPORTANT

Les temples étant religieux, prévoyez des manches couvrant les épaules (même les hommes) et un bas couvrant au moins jusqu’aux genoux. Et puis ne venez pas en tongs, ça grimpe quand même !
Prévoyez aussi 100 litres d’eau,
parce qu’il fait tellement chaud que vous allez passer votre temps à boire. Et que les bouteilles d’eau sur le site sont vendues à 2 $ (je hurle).

Angkor

Sra Srang

Sra Srang

Franchement, j’ai rarement eu aussi chaud de ma vie. SI j’avais pu renverser ma bouteille d’eau sur ma tête je l’aurais fait, mais d’une part elle était déjà chaude, et d’autre part nous avions fait la bêtise de n’en prendre qu’une seule. Et je me refusais à en acheter une à 2 $, faut pas déconner quand même.

Ce qui est bien avec la grande boucle (je parle en basse saison, je ne sais pas comment est la situation en haute, hein), c’est qu’il n’y a pratiquement personne dans ces temples, considérés comme moins beaux. Alors certes, ils sont moins impressionnants, mais tout aussi beaux à faire, et ils sont vraiment tous différents, même si l’on retrouve les mêmes constructions.

Deux styles de construction

Pour moi, vile impie sans aucune culture Khmer, je note deux constructions différentes : ceux avec les grosses pierres construits de plain-pieds et complètement éboulés ; et ceux avec les plus petites pierres, construits sur étages en forme de pyramides, avec des sculptures de lions.

angkor

ceux en grosses pierres tout cassés

Angkor
ceux en pyramide avec les lions (et les foutus escaliers de 1m par marche)

 

J’ai clairement envie de vous abreuver de photos parce que j’en ai fait à peu près un million cinq (pas toutes bonnes, ça c’est clair), mais ce qui est très difficile c’est de bien photographier les temples.
En tant que photographe (amateur), j’étais bien sûr à l’affût de faire LA bonne photo de chaque temple, d’essayer de faire différent des 50 photos ultra connues d’Angkor.
Hé bien croyez-moi, faire une belle photo d’un temple est une vraie prouesse. Déjà parce que c’est ton sur ton, gris sur gris, voire un peu marron sur gris, mais il n’y a aucune couleur qui vient contraster le tout pour donner un peu de relief.
Ensuite parce que la lumière était totalement diffuse, donc aucun jeu d’ombres possible.
Puis pour terminer, parce qu’aucun objectif ne pourrait rendre état de la grandeur des temples, ni de son côté fantomatique et impressionnant.

Les temples d’Angkor, il ne faut vraiment pas les photographier en fait, il faut aller les voir, les regarder, marcher dedans, en faire le tour, grimper, toucher la pierre. En vrai.

Sra Srang

Angkor

 

Dans la grande boucle nous avons fait une dizaine de temples, et en ayant quand même pris notre temps sans speeder, nous avions terminé vers 16h, sans pause dej, soit 5h de visite.

Chan était là à nous attendre à chaque temple ou à chaque sortie quand il y en a plusieurs, et nous accompagnait ensuite au suivant en nous disant son nom. Rien de bien plus, mais nous n’avons pas cherché non plus à lui soutirer des informations.

Angkor

Angkor

Angkor

Bon, sur le premier circuit pas grand chose à vous raconter de plus, alors je vais vous mettre les photos restantes.

Pour ne pas vous inonder, je vais faire un deuxième article sur notre deuxième jour à Angkor, avec notre lever de soleil inexistant et les temples principaux : Le Bayon, Ta Prohm et Angkor Wat.

And to finish (« the fly boat« ) :

Angkor

Sra Srang

Angkor

(c’est fini, vous pouvez désormais regarder le deuxième article, ou faire une pause thé et petits gâteaux)

 

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

One Comment

  1. Merci pour cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *