Parlons trucs un peu chiants mais néanmoins obligatoires (sauf si vous êtes un Témoin de Jéhovah mais bon, chacun ses problèmes, hein) : Les vaccins (et les moustiques)

Nous avons préféré prendre le moins de risques possibles pour notre périple (et aussi parce que je suis une angoissée d’la life) et avons consulté un centre de vaccination internationale et de maladies tropicales (nous avons été à celui du Tonkin où nous avons été reçu par le Dr Minette, et qui mérite un 10/10).
Et c’est donc nos bras fraichement piqués, que nous vous faisons un retour sur les vaccins que nous avons faits.

Les moustiques

Ils sont pour beaucoup dans la transmission de maladies et virus (paludisme, dengue, zika et chikungunya. J’ai volontairement pas mis les majuscules usuelles parce qu’honnêtement ils n’en méritent pas).
Et attention, les moustiques tropicaux, ce ne sont pas les petits moustiques tout mignon qu’on peut voir en France. Non, non, non. Ils ressemblent plus à la fusion entre une chauve souris et un virus ambulant…
Alors avant même de penser aux vaccins, la meilleure façon de ne rien choper, c’est de ne pas se faire piquer.
Facile à dire… On n’a pas forcement envie de ressembler à ça tout le temps.
À retenir tout de même quelques principes simples :

  • Couvre-toi un maximum (surtout) à la tombée de la nuit
  • Couvre en priorité pieds, chevilles, jambes et bras avec des trucs un peu fermé aux extrémités car le moustique est fourrrrrbe et peut s’introduire dans les ouvertures de tes manches, par exemple
  • Ne porte pas de couleurs sombres (les moustiques sont attirés par le foncé car il retient la chaleur, c’est d’la physique, fallait suivre tes cours, hein !)
  • Dors avec une moustiquaire (imprégnée, de préférence, parce que sinon il va venir se poser sagement sur le tissus et attendre patiemment que tu bouges et que tu te colles un peu trop près de la moustiquaire pour hop, te sucer le sang sur ta petite peau fragile)
  • Badigeonne-toi d’anti-moustiques pour la peau (zone tropicale)
  • Imprègne tes vêtements d’anti-moustiques (exprès pour vêtements hein, ne mélange-pas tout s’il te plaît)

Fièvre jaune

Transmission : Le virus est transmis par piqûre de moustiques (qui piquent le jour et en début de soirée). Elle sévit surtout en Amérique latine et en Afrique.
C’est un truc pas sympa qui peut être mortel, mais qui curieusement n’est pas obligatoire : les pays frontaliers s’assurent seulement avant que tu viennes mettre un pieds dans leur pays que tu l’aies bien fait, pour pas leur refiler ta patate chaude, sinon ils ne te laissent pas forcément rentrer.
Par contre si vous allez en Guyane, cette vaccination est obligatoire puisqu’il s’agit d’un pays français.

Posologie : Une seule injection au moins 10 jours avant le départ, et qui est efficace pendant 10 ans. Trkl.

Coût vaccination : 60 € la première injection

Hépatite A

Transmission : Pour l’hépatite A (infection de votre petit foie due à un virus sympathique lié au caca) il faut faire attention à l’eau. Souvent dans les pays en voie de développement, il n’y a pas de traitements et d’assainissement des eaux. Il faut donc être prudent avec l’eau que l’on consomme (brossage de dents, glaçons, fruits et légumes crus et autres aliments lavés à l’eau). N’oubliez pas de mettre dans votre sac quelques pastilles pour stériliser l’eau, ou alors faites la bouillir avant de la boire (sinon vaccinez-vous et merde).
Elle peut aussi être transmise par une personne ou un objet contaminé (en gros évitez tout le monde, ne parlez à personne, ne touchez rien et rester reclu, voilà).
Et puis autant vous dire que cette maladie est présente partout dans le monde. Faudra pas dire que vous zétiez pas prévenus !

Posologie : Une injection, au moins 15 jours avant le départ, efficace pendant 3 à 5 ans selon les vaccins. Par contre si vous voulez être protégé pendant au moins 10 ans, faites donc un rappel 6 mois ou 1 an après.

Coût vaccination : 51 € la première injection

Hépatite B

Transmission : Elle est due à un virus transmis par du sang contaminé ou lors d’un rapport sexuel.

Posologie : 2 injections à un mois d’intervalle, puis une 3e injection 6 mois après la première.

Coût vaccination : 5 € la première injection, puis 6 € le vaccin acheté en pharmacie

Rage

Transmission : Le virus est présent dans la salive des animaux (tous les mammifères, même les chauve-souris, au cas où vous auriez grave envie d’en câliner une) et se transmet par morsure, griffure ou léchage sur plaie (on a toujours une petite plaie quelque part, pas forcément visible, donc stop caressez les bêtes dans la rue grrrrr !).
Par contre, même si vous êtes vaccinés, si jamais il se passe un truc louche avec un animal, surtout filez (VITE. On a dit vite) dans un centre spécialisé, parce que le risque reste présent malgré le vaccin : on doit donc suite à l’exposition à risque, vous re-vacciner de nouveau pour être sûr et vous injecter je ne sais trop quel machin dans un hôpital. C’est vous dire si c’est bien une belle saloperie.
En plus on la trouve potentiellement partout, mais surtout en Asie, Afrique et Amérique du Sud.

Posologie : Trois injections espacées avant de partir, donc ne vous y prenez pas trop tard, camarades !

Coût vaccination : 51 € la première vaccination, 45 € les deux suivantes.

Encéphalite japonaise

Transmission : Encore et toujours les piqûres de moustiques. La maladie est présente quasiment partout en Asie, mais néanmoins le risque reste faible pour les voyages de courte durée en milieu urbain. On le recommande pour les voyages de plus de 30 jours ou si vous allez patauger dans les rizières, faire du camping, toussa toussa.

Posologie : Deux injections à un mois d’intervalle (environ, puisque nous ce sera deux semaines après). Puis un rappel entre 12 et 24 mois après le premier vaccin.

Coût vaccination : 98 € les deux injections.

Typhoïde

Transmission : La typhoïde est une infection digestive due à un bacille type salmonelle qui est transmis par l’eau ou les aliments contaminés (notamment par les crustacés). Les risques sont plus importants en Asie du Sud, Indonésie et au Pérou. Le vaccin n’assurant qu’une protection de 50 à 65 %, les règles d’hygiène habituelles sont évidemment à respecter.

Posologie : Une injection au moins 15 jours avant le départ. Vaccination effective ensuite pendant 3 ans.

Coût vaccination : 45 € la première vaccination

Coût vaccins / pers :

Comme nous n’avons pas eu à faire les mêmes vaccins (j’avais déjà fait précédemment lors d’un voyage en Guyane la fièvre jaune, et avant ça ma petite maman m’avait faite vaccinée contre l’hépatite B), le coût pour nous deux était différent : 6 vaccins pour Steven et 4 pour moi. Nous avons aussi bénéficié à chacune de nos sessions de vaccinations de réductions sur les frais effectuées par le centre du Tonkin.

Steven : 235,70 € la première session, 86 € pour la 2ème session, 6 € pour l’hépatite réalisé chez un infirmier extérieur à Paris ; puis 148 € la dernière session.
Coût total : 475,70 €
Lorraine : 189,80 € la 1ère session, 81 € la deuxième session et 143 € pour la dernière = 413,90 €. La MGEN m’a ensuite remboursée 150 €
Coût total : 263,90 €

Si vous avez une mutuelle, sachez qu’elle prend peut être une partie des vaccins en charge donc n’oubliez pas de vous renseigner là-dessus (la MGEN par exemple me rembourse une petite partie ).
Pour tous les vaccins sauf l’hépatite B, la sécurité sociale ne vous rembourse rien, donc effectivement c’est un coût non négligeable à prendre en considération lorsque vous évaluez votre budget voyage.

Mais aussi :

Le Paludisme, transmis par des moustiques piquant surtout entre le coucher et le lever du soleil, n’a certes pas de vaccin pour le moment, mais il existe des médicaments que l’on peut prendre tous les jours (hé oui, c’est contraignant) et qui permettent d’éviter la contamination. Deux types de molécules sont recommandés selon les pays (les médicaments n’étant pas remboursés par la sécu) :
– Doxycycline (« Doxypalu » par exemple, que nous allons prendre pour environ 6 mois quand nous serons en Asie)
Atovaquone + proguanil (« Malarone » ou « Malanil » pour les pays d’Amérique du Sud plutôt et que nous prendrons le reste du séjour)
Comme la posologie entre ces deux types de médicaments diffère, pensez à prendre les petits papiers des boîtes ☺
Dans tous les cas, ces médicaments sont à commencer avant l’arrivée dans la zone à risque, et à continuer quelques jours après le départ de la zone.

Le mal des montagnes, ou MAM : C’est un syndrome qui est lié à l’altitude et donc à la différence de pression atmosphérique et au manque d’oxygène. Évidemment ce mal est relatif à chacun. Les symptômes (#jeSuisCirconflexe) peuvent être une difficulté à respirer, des maux de têtes, une fatigue, une difficulté à faire des efforts physiques (genre juste marcher, quoi) ou/et des vertiges.
Pour éviter ce mal-être (qui peut causer la MORT, merci.), le mieux est de monter progressivement en altitude avec des phases d’acclimatation de 24, 48 h passées au même endroit (dans un village hein, ne dormez-pas dehors, quand même !) avant de monter plus haut.
Et si jamais ça ne va toujours pas, eh bien redescendez !
Ça reste quand même la seule solution.

 

Last but not least :

  • Surtouuuuut n’oubliez pas de prendre avec vous TOUTES vos ordonnances de TOUS les médicaments que vous prendrez avec vous (sauf le doliprane, hein), parce que sinon vous pourriez vous faire confisquer votre trousse à pharmacie à la douane.
    Cela passe par vos ordonnances de pilule, d’anti-palu, de médicaments anti diarrhéiques etc. Ça serait con de devoir racheter tout ça une fois sur place, surtout si en plus vous acheter des médocs de contrefaçon coupés à l’acide (hihi ).
  • Prenez une trousse à pharmacie conséquente (surtout si comme moi vous êtes un tout petit peu hypocondriaque) mais nous ferons un article là-dessus un peu plus tard.
  • Plus d’infos sur les zones à risques : Fit For Travel
    Vous avez ensuite accès aux cartes interactives régulièrement mises à jour et qui vous montre les endroits où le paludisme (Malaria en anglais) sévit. Il suffit de cliquer sur le pays, puis ensuite sur « Malaria Map » et vous avez toutes les zones à hauts et faibles risques.
  • Le site du CIMED vous donne accès à la liste des hôpitaux et des médecins francophones dans chaque pays que vous visitez.

N’oubliez pas de prendre une assurance voyage afin de couvrir vos éventuels frais médicaux, frais de rapatriement, etc etc (nous ferons un article à ce sujet prochainement).

Voilà, après cet article extrêmement anxiogène, passez une douce nuit (hé hé hé) et à bientôt

Please follow and like us:

2 Comments

  1. Salut,

    J’aime bien votre blog, c’est clair et c’est ludique pour tout dire. L’an prochain mon copain et moi partirons pour l’Inde afin de commencer notre tour du monde, mais j’avoue que j’ai des  » » »petites » » » peurs ahah 🙂
    j’aurai voulu savoir comme tu as fait pour ta pilule ? tu as pris 12 plaquettes avec toi, et le décalage horaire tu arrives à le gerer pour la prendre toute les 24h ?

    Merci pour ces articles fortement intéressant, et ta réponse 🙂

    A bientot,

    Elisa

    • Hello Elisa !
      Alors oui en effet je suis partie avec mes 12 plaquettes de pilule ! Pour gérer le décalage j’ai commencé à la prendre à l’étranger 3h plus tôt que d’habitude,histoire de pas avoir un trop grand écart avec mon heure française habituelle, puis j’ai décalé ensuite d’1h petit à petit pour rattraper mon horaire habituel !
      Après au cours du voyage j’ai arrêté ma pilule, d’une part parce que mon corps en avait marre et ne la supportait plus, et d’autre part par choix personnel parce que je n’ai plus envie de prendre d’hormones ! Du coup je ne l’ai prise que les 6 premiers mois de notre TDM !
      Si tu as d’autres questions et d’autre peurs n’hésite surtout pas à demander, je sais que nous les nanas on n’a pas du tout les mêmes préoccupations que nos mecs ^^

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *