On en sort tout juste, alors tant que c’est tout frais dans notre tête on s’est dit qu’il fallait absolument vous en parler tout de suite. Surtout qu’a cette expo « nés quelque part » on y est allés un peu par hasard, après avoir vu leur courte publicité au cinéma, pendant les bandes-annonces de films, et qui était relativement mystérieuse sur son contenu.
Mais le contenu de quoi, donc ?

hé bien de l’exposition NÉS QUELQUE PART, qui a débuté à Lyon le 4 février à la Sucrière, après avoir connu un franc succès parisien, et qui est proposée par l’Agence française de développement (AFD)

nés quelque part

C’est quoi ? En gros c’est une sorte d’exposition participative dans lequel vous prenez la place d’une personne d’un des pays du monde : le Cambodge, le Niger, la Polynésie, le Cameroun, le Maroc, la Colombie ou le Nigéria. À l’entrée on vous donne un petit carnet de voyage sur laquelle est inscrit la personne que vous allez être, d’où elle vient, quel est son parcours, etc. Ensuite, par petits groupes d’environ 9 personnes (qui ont le même pays que vous), vous rejoignez votre pays de destination et hop, vous commencez avec eux l’histoire, en présence de nombreux acteurs.

Pendant une heure vous vivez sa vie au travers de différents exercices, rythmés par votre carnet de voyage, votre audioguide et par les différents acteurs qui évoluent autour de vous dans une grande mise en scène.
Ce qui est drôle c’est que vous êtes en général 3 à occuper la même personne, et vous vivez votre histoire à 3, ce qui permet de tisser des liens entre vous et donne lieux aussi à des situations cocasses (genre « Nalin, 19 ans », jeune fille cambodgienne occupée par un gros monsieur barbu d’une soixantaine d’années).

Pourquoi « Né quelque part » c’est trop bien ? Sans trop vous dévoiler le contenu de l’expo, c’est vraiment génial parce que d’une part l’expérience est vraiment interactive, participative, parce qu’on parle aux acteurs, on a de véritables interactions avec eux et on se glisse vraiment dans la peau de son personnage en faisant les mêmes activités qu’elle (par exemple moi j’étais une fille d’agriculteur qui part à la capitale Cambodgienne pour travailler dans une usine de textiles, et bien je devais moi aussi m’assoir à une table et plier des petits tissus à lunette pour les glisser dans des pochettes plastiques, et ce le plus vite possible… ça paraît enfantin mais s’investir comme ça donne une dimension totalement différente).

Ensuite, c’est une exposition qui donne un vrai message d’optimisme, d’espoir, et qui n’est en aucun cas moralisatrice ou anxiogène. Au contraire les situations des personnages finissent toujours par s’arranger, grâce aux progrès et aux politiques que chaque pays mets en place pour aider ses citoyens (par exemple les micro-crédits, ou les assurances santé pour les ouvriers des usines etc).

À la fin de l’exposition vous avez tout un tas d’informations sur les choses concrètes que l’on peut faire au quotidien, dans sa ville, pour soi-même (faire des formations liées à l’humanitaire, aller déposer des jouets dans des centres de donation, faire attention à sa consommation d’eau, etc).

En sortant on a eu qu’une envie, c’est de recommencer la visite en occupant de nouveaux personnages (puisque pour chaque pays, je crois qu’il y a 3 personnes différents que l’on peut occuper, avec pour chacun un parcours différent et donc des interactions différentes, ce qui laisse de nombreuses possibilités ! Steven, quant à lui, était une femme de ménage qui vendait aussi des crêpes, au Maroc).

 

 

Cool, on s’inscrit comment ? On vous laisse le choix dans la date, puis vous vous inscrivez par tranche horaire sur le site de l’expo et vous serez ensuite par groupe d’environ 60 personnes. Plusieurs prix sont disponibles lors de votre inscription :
Tarif A : « je m’intéresse », à 6 €
Tarif B : « je participe », à 10 €
Tarif C : « je soutiens » à 15 €
C’est vous qui choisissez votre investissement financier. La différence de prix permet de palier la gratuité de l’expo pour les groupes scolaires.

Voilà, on ne vous en dit pas plus, pour ne pas trop spoiler, mais autant vous dire qu’on vient déjà de s’inscrire à une nouvelle session dans deux semaines…!

Pour plus d’infos sur l’exposition Nés quelque part :

http://nesquelquepart.fr/

La Sucrière
49-50 Quai Rambaud – 69002 LYON
Du 4 février au 12 mars 2016
Tram 1, arrêt Hôtel de région-Montrochet

 

Please follow and like us:

2 Comments

  1. Bonjour, et merci beaucoup pour cet article !
    Je rappelle aussi que Nés Quelque Part est une idée originale d’Ars Anima, association de création de projets culturels animés. Et ce projet est effectivement co-créé avec l’AFD.
    Bonne journée !

    • Hello, avec plaisir, on a tellement apprécié l’originalité de cette expo qu’on était bien obligés d’en toucher quelques mots 🙂
      Merci pour ces précisions, nous allons les rajouter à l’article.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *