Stockholm – Février 2016

 

Carnet de voyage de nos quelques jours passés à Stockholm,
au pays de la boulette de viande et de l’Almondy ♥

 

Vendredi 12 février 

Après 2h30 de voyage en avion avec Air France (et un petit panier repas à base de pizza mozza sans goût), nous arrivons vers 12h15 à l’aéroport d’Arlanda, qui se trouve à une bonne vingtaine de minutes du centre de Stockholm. Là, évidemment comme nous sommes totalement désorganisés, nous ne connaissons absolument pas l’adresse pour se rendre à l’appartement de mon frère (en Erasmus à Stockholm pour 1 an).
Finalement, nous arrivons à le joindre et à récupérer l’adresse de sa colocation qui se trouve sur l’île de Kungsholmen. Il faut savoir que Stockholm est en fait composée de plusieurs îles au bord de la mer Baltique, toutes reliées entre elles par des ponts.

Bref, arrivés à l’aéroport, deux choix s’offrent à nous pour rejoindre le centre : prendre le train Arlanda Express qui relie l’aéroport à la gare centrale pour 280 Kr (environ 28 €, il faut diviser par 10 les couronnes pour arriver aux euros) ou alors prendre un taxi pour 470 Kr (les taxis ont tous les mêmes prix fixes établis par l’état).
On opte pour le taxi, moins cher, et qui nous permet d’arriver directement devant chez lui (#flemme)
Arrivés dans l’immeuble, évidemment nous ne savions pas quel appartement c’était, ni à quel étage, alors nous voilà à essayer de passer la clé dans toutes les portes, pour finalement trouver la bonne sans avoir heureusement dérangé personne.
Surprise, l’appart est immense ! Une centaine de mètres carrés, deux salles d’eau, trois chambres, un immense salon et plein de fenêtres. En plus, trop cool, ses deux colocs ne sont pas là du week-end donc nous avons l’immense privilège d’avoir une vraie chambre avec un vrai lit. Et un radiateur !

Les bagages posés, nous décidons de partir dans ce qui semble être la vieille ville : Gamla Stan.

Gamla Stan

Gamla Stan
Il fait froid, il neigeotte un peu, et nous arrivons en métro jusque là-bas, après avoir pris un pass transport de 72h pour 250 Kr.
Ici le métro est très propre, les gens se tiennent bien droit, ne parlent pas vraiment, et les sièges sont recouverts de petits dessins représentant les monuments de la ville, dans le même style que le métro berlinois.
Arrivés à Gamla Stan, on se promène au milieu des ruelles étroites et des touristes, puis le froid nous gagnant, on se pose dans un petit café mignon boire un chaï latte et un café, et manger un morceau : le café Lazy House.
Gamla Stan, carrot cake au Café Lazy house
Gamla Stan, Café Lazy house

Maxime nous y rejoint après ses cours, et nous partons ensuite visiter « le quartier le plus hipster du monde », à savoir l’île de Södermalm, où on peut grimper pour avoir un super point de vue. Ici, même par -4°C, même quand il neige, même sur les trottoirs verglacés, tout le monde court. C’est assez impressionnant, ils sont là, avec leurs leggings et leurs bonnets, à fouler le sol glissant sans se démonter (et sans chuter).

Il commence à bien cailler et la neige tombe vraiment fort alors nous partons nous poser au Café String pour boire un verre de vin (vraiment pas terrible), mais la déco est chouette, avec plein de toiles au mur, des néons, des feux tricolores, un père Noël sur une moto (oui oui), des vieux canapés et des meubles chinés.

 

Café String
Départ dans un nouveau quartier, boire un nouveau verre, cette fois au Levinsky’s dans le quartier de Vasastan. Ici dans les cafés et les bars il y a plein de tartes et de gros gâteaux dans les vitrines : tartes aux fruits, carrot cake, gâteaux à la pâte d’amandes, et surtout, les cinnamon roll, ou Kanelbullar en suédois.
(Retrouve notre article sur la recette en cliquant ici, pour t’empiffrer à 16h devant la télé)
kanelbullar

Vers 21h30 nous décidons de rentrer au bercail avant que l’hypermarché (qui ferme à 22h ici) ne nous empêche de nous ravitailler. On prend bien sûr une tarte Almondy, qu’on trouve dans pratiquement tous les supermarchés (Ô JOIE !). Attention tout de même si vous venez ici en week-end : les supermarchés ne vendent plus d’alcool à partir de 15h le samedi et n’en vendent pas le dimanche. Si vous voulez vous réchauffer avec autre chose qu’une cheminée, faites des provisions !

Södermalm
Södermalm
Almondy

 

Samedi 13 février
Départ tranquille, vers 11h, visiter le fameux musée du Vasa(l’entrée coûte 130 Kr par personne) ce bateau construit dans les années 1600 pour le roi de Suède, et qui était tellement lourd et mal foutu qu’il coula après avoir navigué à peine… 2 km.
Après avoir été ressorti des flots en 1961, on a construit un musée tout autour du bateau.
La visite est très impressionnante, et il est dur de retranscrire en vidéo ou même en photo l’ambiance qui se dégage et la monstruosité du navire qui a un air du Black Pearl tant il paraît gigantesque et fantomatique, dépourvu de ses couleurs flamboyantes et de ses dorures d’origine.

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur ce bateau de dingue :
☻  La timeline qui retrace son histoire et sa sortie des flots
Le site du musée (en français)
La page Wiki du Vasa

Après cette visite, on part faire un tour au marché  d’Östermalms Saluhall se lécher les babines devant les kilos de saumon presque orange, les bagels, les tartines de crevettes et les plats en sauce qui ornent les vitrines (hors de prix) et on finit par rejoindre le quartier de Hornstull pour manger un burger cher et sans intérêt au Käk(du coup : non, n’y allez pas. En plus c’était long et il y avait 10 pauvres frites à manger).
Devant le constat de ce triste repas expédié en 15 minutes et qui nous laisse affamés, on décidé d’aller prendre un café (et un chaï, bien sûr : grosse passion), et surtout de terminer ce maigre repas (lolilol) avec un dessert cool, dans un petit salon de thé-resto-café trop chouette et cosy : le Vurma ; où je déguste pour la première fois les fameux Kanelbullar (divins ♥).

Fridhemsplan

Après cette après-midi extrêmement productive occupée globalement à manger et à chiller, on décide avant que la nuit tombe (et dieu sait si elle tombe tôt ici…) d’aller nous balader du côté de Skinnarviksberget (prononcez-le, allez-y), toujours sur l’île de Södermalm, sur un genre de falaise qui donne une vue de ouf sur tout Stockholm (vue à 360° steuplé).
Il neige un peu, les rues sont un peu verglacées et avec mes plateformes à crampons j’peux vous dire que j’étais plutôt sereine ! D’autant plus que pour arriver tout en haut il faut quand même (un peu) escalader les rochers, et qu’en plus de ça, ça caille sévère.

Skinnarviksberget

Skinnarviksberget

Skinnarviksberget

Max à Skinnarviksberget

Bref, on fait des photos topissimes (voir les autres dans la galerie en haut de l’article) et on rentre se mettre au chaud à l’appart’ pour que les hommes jouent à Fifa pendant de longues heures interminables.
La soirée se déroule au chaud, sous le plaid, à mater la rediffusion de Koh Lanta en mangeant des pâtes. Oklm. Faut dire que tous les soirs vers 17h30, 18h on est déjà complètement claqués à cause du froid qui oblige le corps à se maintenir au chaud (et à brûler des calories, hé ouais =  excuse pour bouffer plus d’Almondy).

 

Dimanche 14 février

Couchés tard, levés tard, c’est seulement vers midi qu’on descend visiter les petits cotages au bord de la plage, dans le quartier de Tantolunden :
les Suédois peuvent louer ces petits chalets pour 10 ans, et c’est comme une résidence secondaire (ou pas) où ils peuvent jardiner et se baigner sur la plage en contrebas. C’est plutôt mignon, il y a des cabanes à oiseaux dans les arbres, des gens qui se baladent avec leurs chiens (et des gens qui courent, comme d’hab…), c’est très paisible. J’y ramasse du sable pour ma collection de sable,  du monde, que j’ai commencée aux Philippines (et qui va me suivre tout le long de notre tour du monde).

Tantolunden

Pour notre dernier repas, il faut quand même qu’on tente la gastronomie suédoise, alors direction le Blå Dörren à Södermalm (décidément), pour déguster les trucs locaux, à savoir en entrée des harengs marinés dans toutes sortes de sauces, puis des boulettes de viande vildfärsbullar (120 Kr) dans une sauce à je ne sais pas quoi, et servies avec de la purée et des cranberries (un repas Ikéa, en gros).

Dernier petit détour par le City Hall, (alias la mairie) regarder le soleil qui d’ailleurs ne se couche pas du tout à cet endroit là.
En rentrant, on s’arrête acheter une dernière Almondy (oui, je sais…), puis retour à la casbah pour Netflix & Chiiiiiiill.

city hall

 Prix du billet aller retour : environ 80 €, l’aller avec Air France et le retour avec Norwegians airlines

La Suède : petites anecdotes

☻  Comment qualifier le Suédois ? « Poli et distant », je dirai. Ils ont tendance à rester très silencieux et en retrait, il est assez difficile d’entamer une conversation, comme ça.
☻ L’eau du robinet est…blanche ! Enfin, si tu veux qu’elle soit limpide comme chez nous (à peu près), il faut la laisser couler quelques secondes au robinet. C’est très spécial quand tu veux te servir un verre pour la première fois (et que tu n’es pas au courant), je ne sais pas à quoi c’est dû, mais apparemment elle est saine même blanche. Bon. Soit. (j’ai quand même pas voulu tester, pas folle la guêpe).
☻ Dans le métro le Suédois n’aime pas partager son « carré » de sièges (4 sièges les uns en face des autres qui forment une sorte de carré) : quand on rentre dans le métro, on « doit » faire l’intégralité de la rame jusqu’à trouver un carré libre où se poser, sinon c’est un peu mal vu.
☻ La vie est chère ! Les loyers, la bouffe, l’alcool, tout. Mais le salaire suédois est indexé donc eux ne s’en rendent pas compte (nous, si).
☻ Ici l’alcool ne s’achète pas n’importe où. Il y a des magasins exprès et des horaires à respecter (par exemple, jusqu’à 15h le samedi). On peut seulement trouver l’alcool en dessous de 5° en supermarchés (autant dire le panaché, quoi). Pourquoi ? pour lutter contre l’alcoolisme (avec le froid on les comprend…).
☻ En plus des joggeurs, il y a aussi des bébés partout. Les parents les trimbalent emmitouflés dans des poussettes, et il y en a à tous les coins de rue.
☻ Les Suédois ne mettent jamais de rideaux aux fenêtres de leurs maisons ou apparts (ou alors ce sont des français qui vivent dedans !), du coup dès que la nuit tombe on voit tout ce qui se passe à l’intérieur et la ville s’éclaire de tout plein de petits carrés de lumières orangées. La question étant : comment font-ils l’été pour dormir quand il y a du soleil pratiquement en permanence…?
☻ Le Fika, cette pratique typiquement suédoise qui consiste à faire une pause (parfois longue) entre potes, collègues, avec qui vous voulez d’ailleurs, autour d’un café généralement et souvent d’un truc à grignoter. C’est un vrai rassemblement social qui se déroule généralement en milieu de matinée ou d’après-midi. Bref, une véritable institution en Suède.

Voilà, j’espère qu’on vous aura donné envie de visiter cette capitale, parce que vu les points de vue de folie, y a pas mieux pour faire des photos et profiter de moments romantiiiiiiques (aight).
En plus de ça on y mange bien, et cette presque absence de soleil en hiver donne un côté très spécial à vos journées. En plus si vous aimez le design vous allez vous régaler car il y a beaucoup de boutiques de déco avec des trucs en bois, des jolies lampes etc.
Par contre, prévoyez un budget, surtout pour les logements qui sont apparemment (d’après les stats airbnb) vraiment pas donnés.

Pour voir notre vidéo sur Stockholm, clique ici l’ami !

 

Jens Magnusson

 

Please follow and like us:

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *