Un cours de cuisine laotienne totalement improvisé et très alcoolisé nous attendait nonchalament au coin d’une rue paumé de Luang Prabang.

M. Quatre et son dîner improvisé

M. Quatre

Comme souvent les rencontres, celle-ci fut un total hasard.

C’est sur le bord de la route, les pieds dans la gadoue, que Monsieur 4, dont nous ignorions alors le doux surnom, nous a accostés dans un français approximatif.

Commença alors une longue après-midi totalement étonnantes et décousue, pendant laquelle nous avons bu shot de whisky sur shots de whisky, bières de riz home-made sur bières de riz (les garçons, en fait, nous les filles ayant usé de subterfuges pour vider nos verres là où nous pouvions…) ; le tout en mangeant du poisson avec les doigts et en riant un peu trop devant les glissades alcoolisées de M. Quatre sur le carrelage.

M. Quatre

Pour vous situer un peu le contexte, nous étions à Luang Prabang et avions décidé de visiter le village des tisserands de l’autre côté du pont de bambou (voir mon article sur Luang Prabang).

Pour préciser, je n’avais pas pris mon appareil photo lors de cette petite promenade. Les photos présentées dans cet article ont dont été prise avec un petit compact Olympus par Apolline et son binôme Mathieu.

Au retour, nous avons croisé la route d’un homme de 54 ans qui en paraissait dix de plus, et qui nous interpella en français (sans doute nos visages devaient suinter Paris jusqu’au bout de nos tongs). Il se mit alors à nous raconter un peu sa vie, dans un français pas toujours très compréhensible à cause de cette faculté qu’ont les asiatiques (en anglais autant qu’en français) à changer les R en L, ou à enlever des lettres des mots.

C’est en toute simplicité et avec une joie non dissimulée qu’il nous proposa (il était alors dans les 13-14h) de venir chez sa femme et lui visiter sa maison et goûter du whisky laotien.
Évidemment nous avons accepté et nous sommes partis dans la direction de sa maison, piqués par la curiosité et enthousiastes à l’idée de nous installer chez un vrai « local ».

Luang Prabang

Monsieur 4 nous a très vite mis à l’aise et nous a parlé de sa femme, de ses enfants, de sa vie : on l’appelle comme ça parce qu’il a 4 maisons, 4 enfants, 4 vélos et 4 scooters… Une maison pour chaque chose : la cuisine, le coucher… enfin, selon ses dires !
Après les shots du whisky absolument ignoble (« 4 verres par personne : deux verres pour les bras, deux verres pour les jambes ! ») il nous a alors proposé de rester manger avec lui, pour que nous cuisinions tous ensemble avec sa femme et lui.

JOIE !!

Nous sommes donc partis avec 3 de ses scooters en direction du marché pour aller acheter du poisson (encore vivant dans des grands bacs), des herbes pour le repas et de la bière « homemade » préparée par une famille d’une minorité ethnique, le peuple Khmu, qui se trouvait dans une grande amphore en terre cuite.

Monsieur 4
Monsieur 4 filait à toute allure sur les routes de terre trempée par la pluie, et c’était bien compliqué de le suivre !

Monsieur 4

l’entrée de la maison de Monsieur 4, avec la partie cuisine (là où on se trouve) et la remise à scooters à gauche

Bref, tous les ingrédients achetés, la préparation du repas se fit par terre, sur le sol en béton humide, sur une planche en bois lavée totalement à l’arrache par la femme de Monsieur 4, avec une vieille éponge qui trainait là.

Commença alors deux longues heures de préparation ponctuée par des shots de whisky, des verres de cette bière infecte au goût de cidre, et les « SANTÉÉÉÉ » criés par Monsieur 4 dès qu’il remplissait nos verres vides. Nous avons même réussi à lui apprendre l’équivalent breton : Yec’hed mat (prononcez : Yamat).

Monsieur 4

Pour préparer le Lap Lo

Ingrédients :

– du poisson. Comptez un poisson par personne.
– des pousses d’oignons
– du piment
– de la coriandre
– de la citronnelle
– de l’ail
– du riz gluant
Pour les quantités, autant vous dire que j’en ai aucune idée. Faites comme vous voulez ! (Yolo)

Monsieur 4

Monsieur 4

Préparation :

Faites cuire le riz gluant pendant longtemps (pour qu’il soit bien bien collant). Si vous avez, faites-le cuire dans les récipients en bambous asiatiques (mais personne n’a ça chez lui, non ?).
Préparez le poisson : garder les filets et coupez-les un peu n’importe comment.
Hachez tous les autres ingrédients en tout petits morceaux. Sauf le riz, évidemment, sauf si cela vous amuse de couper du riz (mais si vous avez vraiment du temps à perdre, passez-le plutôt à lire nos autres articles. Just sayin’).
Mélangez le poisson cru avec les autres ingrédients dans un bol pour former une sorte de pâte compacte.
– Pour mangez, lavez-vous bien les mains : piochez dans le bol un morceau de pâte de poisson cru aux herbes, attrapez avec le reste de votre main une boulette de riz compacte, et mangez le tout ensemble !

Monsieur 4

Monsieur 4

Monsieur 4

Monsieur 4

Et la photo bonus des deux alcoolos…

Monsieur 4

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

One Comment

  1. Tres interessant !
    L’alcool chez les locaux ; on ne peut pas passer a cote !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *