Bagan, notre deuxième destination en Birmanie, avec ses milliers de temples et de stupas, ses paysages verdoyants et ses couchers de soleil à couper le souffle.

Bagan

Bagan, késkessé ?

culture confiture

Pour vous situer un peu, Bagan est un site archéologique bouddhique situé dans la région de Mandalay (dans la pleine centrale de Birmanie) et qui couvre une superficie d’environ 50 km2.
Hérissé de plus de 2800 temples et stupas (monument plein et généralement de forme circulaire dans lequel on ne peut donc pas rentrer) en briques, leur intérieur était jadis recouvert de fresques à la peinture dont la plupart ont entièrement disparu.

Les temples furent construits au 10e siècle et avec le temps ils se sont énormément abimés.
Beaucoup ont été rénovés, voire carrément reconstruits après le tremblement de terre de 1975. Ces travaux ont été faits un peu à l’arrache, sous le couvert des autorités birmanes en place, et des abberrations ont été construites sur le site (comme notamment un terrain de golf et une immense tour d’observation 360° vraiment immonde et appartenant à un resort) ce qui a engendré de nombreuses critiques venant des historiens et archéologues occidentaux.
À cause de ça, Bagan s’est vue refuser sa place au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Contrairement aux temples d’Angkor, on peut grimper sur les temples et les stupas qui s’érigent au milieu de nulle part, sans aucun contrôle, ce qui explique aussi la rapide détérioration des monuments.

Sur les 2834 monuments (très exactement, car chacun s’est vu affublé d’un numéro), très peu sont vraiment imposants, la plupart étant des petits stupas ou des temples de taille moyenne.

Bagan

Bagancelui-ci par exemple est très grand (cette légende est vraiment très nulle)

 

Plusieurs villages

Le site, dont l’entrée est payante (j’en reparlerai tout à l’heure), est « divisé » en plusieurs villages : Nyaung Oo, Old Bagan et New Bagan, ainsi que d’autres petits villages dont je ne connais pas le nom.

À Nyaung Oo (Prononcez « Nyaun’ ou ». Enfin dans le genre.) les logements sont surtout des guesthouses d’entrée de gamme, là où nous avons logé. Un peu plus éloigné des temples principaux.
À New Bagan, l’animation est plus concentrée, avec un grand choix de restaurants et de logements.
À Old Bagan vous trouverez plutôt des hôtels haut de gamme, étant directement situé dans la vallée des temples.

Lorsque nous y étions, début août, période de mousson, beaucoup d’endroits dans les villages étaient inaccessibles car complètement inondés.
Kyaw Kyaw (si tu ne sais pas qui c’est, viens lire son portrait !) nous racontait même que parfois des gens se noyaient dans leur sommeil, tant la montée des eaux était rapide et importante. Beaucoup de maisons à cette période sont détruites, sans que personne ne puisse y faire grand chose.
Les gens se baladent donc en barque sur les parties remplies d’eau et on en voyait d’autres qui écopaient le rez-de-chaussée de leur petit commerce, ce qui était franchement triste à voir.

Il faut savoir qu’en Birmanie (d’après ce que nous avons pu observer) ils n’ont visiblement ni égouts ni caniveaux : l’eau qui tombe lors des pluies ou lorsque les rivières débordent n’est donc pas évacuée.
Finalement c’est la terre qui finit par « l’avaler », mais il suffit qu’il y ait une nappe phréatique saturée pour que l’eau reste là à stagner pendant des semaines. Les moustiques s’en frottent les ailes !

BaganOn s’croirait presque à Venise…! (ou pas..)

Bagan

Se perdre dans la vallée

Comme en Birmanie il est impossible pour un étranger de conduire un scooter, les seuls engins motorisés que vous trouverez à Bagan sont les ebike, des scooters électriques extrêmement lents mais ayant au moins le mérite d’exister et de réduire votre bilan carbone (on y pense jamais assez).
Tranquillou-Jean-Loup par contre avec cet engin, les roues ne sont pas vraiment prévues pour des terrains sableux comme il y a à Bagan, donc on glisse et on s’enlise facilement.

Demandez à votre hôtel s’ils en louent, en général le prix par jour se situe entre 8000 et 10 000 Kichs Kits Kyat (entre 5 et 7 €). Nous avions négocié pour payer 1000 Kyats de moins chaque jour de location.

Tips : pour convertir facilement un Kyat en euro, multiplie le montant en Kyat par 7 et divise ensuite par 10 000 (décale ta virgule de 4 rangs à gauche, c’est pas si loin que ça les maths, quand même !). En plus, ça te permettra de réviser ta table de 7, ce que tu ne fais sûrement pas assez souvent dans ton quotidien, n’est-ce-pas.

Vous pouvez aussi louer un vélo, mais franchement je vous le déconseille, il fait une chaleur à crever, vous aller vous essouffler et pleurer.

Bagan

Chevauche ton ebike, mets ton casque trop grand sur ta tête et pars te balader sur les chemins de sable (sans glisser, attention) au milieu des temples qui sillonnent les routes. Arrête-toi quand tu veux, pars visiter le monument, cherche si tu trouves un escalier qui grimpe au sommet et amuse-toi à trouver le meilleur spot de lever ou de coucher de soleil.

Rien de plus tranquille et poétique que d’aller de temples en templinets, de stupas en stupiniettes (c’est un petit stupa), de faire de belles photos, de regarder la vue dégagée qui s’offre à toi lorsque tu es tout en haut.

Bagan

Bagan

Admirer le coucher et le lever de soleil

Une fois votre spot trouvé, celui où vous vous sentirez le mieux, ou celui où vous serez seuls pour avoir votre « propre » soleil, vous n’avez plus qu’à vous asseoir et à attendre qu’il disparaisse, baignant le ciel de lumières jaunes et laissant dans l’ombre les stupas et les temples.

Pour le lever, pensez à regardez à quelle heure se lève le soleil à la période de l’année où vous êtes, et à prévoir une marge de temps nécessaire pour faire le déplacement en ebike, retrouver le bon temple (une épreuve, quand il fait nuit !) et grimper dans le noir à la lueur de votre iphone.

Tips : Le secret spot de Kyaw Kyaw (voir cet article) pour le coucher se trouve avec la lettre B sur la carte (qui se trouve en bas de l’article).
Pour le lever du soleil, voir le numéro A de la carte.
Pensez à prendre une lampe de poche, les temples ne sont pas éclairés ! Si vous y allez en pleine nuit vous allez galérer dans les escaliers très étroits qui mènent au sommet.

Bagan

Bagan

Bagan

Vous avez bien sûr le choix d’aller dans les grands temples, plus « connus » et où vous aurez sans doute la vue la plus belle, mais comme ce sont ceux où vont tout le monde, vous risquez d’être collés serrés entre un anglais et un espagnol qui parle fort et vous gâchent la poésie de cet instant.

À vous de voir !

Tips : Si être accompagné d’un car de japonais ne vous fait pas peur, le temple de Shwesandaw est parait-il le meilleur endroit pour admirer le coucher du soleil.

Bagan

 

De la montgolfière

Bagan est connue aussi pour ses vols en montgolfières qui survolent la vallée, permettant aux aventuriers de faire des photos magnifiques (ainsi qu’aux gens qui restent en bas et qui ont de jolis ballons sur leur champs de vision !).

Malheureusement nous n’avons pas pu y assister, ni d’en bas ni d’en haut, car les ballons ne partent pas pendant la saison des pluies.
Puis de toute façon c’est trop cher pour notre budget : comptez au moins 330 $.

Bagan

 

Où loger à Bagan ?

Nous avons choisi de loger à Nyaung Oo dans la guest house Ever New Guesthouse où nous avons payé 16 € pour la chambre avec air conditionné et salle de bain privative. Avec petit déjeuner inclus.
Les 54 personnes constituant le staff étaient vraiment super gentilles, comme d’habitude de toute façon.

Encore mieux : nous sommes arrivés à Bagan à 5h du mat par un bus de nuit venant de Rangoon, et arrivés à la guesthouse, ils nous ont donné notre chambre directement (sans attendre 14h, l’heure habituelle du « check-in ») pour nous permettre de dormir un peu, et nous ont même offert le petit-déjeuner ! Royal !

Bagan

BaganNotre guesthouse. Sympa hein ? Petit rooftop sympa, par contre faut juste éviter les chauves-souris dans l’entrée.

 

Où manger à Bagan ?

Franchement il y a un paquet de restaurants, je n’en ai aucun de spécial à vous conseiller car aucun ne nous a vraiment transcendés.
Préférez quand même la cuisine autre que Birmane, si vous voulez juste un petit conseil (voir cet article).

Bagan

Bagan

Le droit d’entrée

Pour rentrer à Bagan, il faut payer une taxe d’entrée qui coûte 20 €. Nous ne l’avons pas payée.

Pourquoi ?
Déjà pour la simple et bonne raison que personne ne nous a vendu le pass d’entrée, à aucun moment.
Ensuite, lorsque nous avons rencontré Kyaw Kyaw, il nous a expliqué que seuls certains temples (les plus gros, que nous n’avions pas faits, préférant nous perdre dans des endroits plus solitaires) étaient contrôlés à l’entrée pour vérifier l’obtention du pass et de le vendre à ceux qui ne l’avaient pas. Il nous a indiqué lesquels, et nous avons décidé de ne pas les faire.

La Birmanie est une dictature, soyons clairs, et payer des droits d’entrée pour des sites touristiques, comme lorsque l’on paie notre visa 50 $, on ne sait pas vraiment où va l’argent et surtout à qui.
En tout cas visiblement pas aux habitants de la ville.
Sans doute une partie de cet argent est utilisé pour la restauration des temples, mais quand on sait que c’est cette dite restauration qui les a évincés de figurer au patrimoine de l’UNESCO, on se dit qu’il y a sans doute une mauvaise gestion quelque part.
Je ne dis pas que c’est bien de ne pas payer, ni que c’est bien de le faire. Chacun fait comme il veut.
Nous avons pris cette décision parce que nous ne sommes pas d’accord avec le pouvoir en place et que c’était notre manière à nous, implicite certes, de la montrer. Et aussi parce-que nous avons eu le choix de ne pas payer.

La fameuse carte à télécharger et imprimer chez vous

carte Bagan

Pour l’avoir en grand et l’imprimer, cliquer ici

carte carte  carte
Captures d’écran Maps Me représentant plus en détail les deux spots A et B

Et pour terminer…

Bagan

Bagan

Bagan

Bagan

Bagan

Bagan

Bagan

Bagan

 

BONJOUR / MERCI (en phonétique)

Bonjour : Mingalaba
Merci : Tchissou pé
Merci beaucoup (ou plus poliment) : Tchissou Témbalé

 

 

 

 

Please follow and like us:

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *