le saviez vous argentine1 / Le Pape François, videur dans un club Argentin

Hé bien oui ! Lorsqu’il était étudiant, le pape François a été videur dans une « discoteca » de Buenos Aires.
De la techno à Rézouss il n’y a qu’un pas…

2 / Le football jusqu’à l’infini et l’au-delà !

Le foot en Argentine est tellement une institution qu’un cimetière a été construit spécialement pour les supporters de la Boca Junior qui peuvent s’y faire enterrer en portant les couleurs de leur club.

3 / 70 % des Argentins sont d’origine italienne ou espagnole.

C’est peut-être ce qui explique tous les vols à la sauvette ? Ça vaaaaa, je plaisante.

4 / Les bidons sur les toits des voitures.

Si vous voyez un bidon posé sur une voiture, ce n’est pas une blague d’alcoolique, non, cela signifie tout simplement que la voiture est à vendre ! D’ailleurs vous y trouverez peut-être écrites dessus les coordonnées du vendeur…

5 / 1 argentin sur 3 vit à Buenos Aires ou dans son agglomération.

De plus, la population est passée d’1 million d’habitants en 1860 à… 43 millions en 2015.
Et après on se plaint de la crise du logement en France…!

6 / Mafalda

Cette célèbre BD de Quino qui raconte les aventures d’une jeune fille beaucoup trop intelligente et cultivée pour son âge, n’est pas espagnole mais bien argentine ! Vous trouverez d’ailleurs tout un tas de produits dérivés à son effigie à vendre dans les rues de Buenos Aires.

7 / Les queues aux distributeurs

Vous serez sûrement confrontés à ce problème plus d’une fois : ce n’est pas rare que les distributeurs de billets de banque soient totalement vides ! Vous devrez donc écumer tous les distributeurs de la ville pour en trouver un qui n’a pas été encore dépouillé, et vous verrez que devant ceux-ci il y a souvent une queue immense de gens qui font tout comme vous…!
En plus de ça, les retraits sont souvent limités à 150 €. Bon chance !

8 / Le « marché bleu »

Ici il existe un véritable marché parallèle du change : dans les rues vous entendrez souvent crier « Cambio ! Cambio ! » : ce sont les “arbolitos”, des Argentins qui vous échangeront vos euros ou vos dollars à un taux de change aujourd’hui pratiquement pareil que celui des bureaux de change (alors qu’il y a quelques années, on vous rachetait sur le marché bleu vos euros presque 50 % plus chers que dans les banques !), mais qui a le mérite d’être plus rapide !
C’est ce marché que l’on nomme le « marché bleu ».
La raison ? Et bien parce que les Argentins peuvent très difficilement se procurer des devises étrangères, ou même acheter des trucs qui viennent d’un autre pays, les banques demandent des tas de formulaires à remplir, et en plus ils ne peuvent échanger que peu de devises.
Pour aller plus vite, ils sont donc obligés d’avoir recours au marché bleu pour trouver des dollars.

Please follow and like us:

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *